Assassin
Note mon nom sur ta liste
Le futur que nous réserve-t-il ?
L'homicide volontaire
Touche d'espoir

Casey
Libérez la bête

Iris & Arm
Les courants forts

Kamasoundtracks
Soul'Sodium

La Caution
Les rues électriques
Asphalte Hurlante
Crash Test
Peine de maures
Arc-en-ciel pour daltoniens

L'Armée des 12
Cadavre exquis

La Rumeur
Le poison d'avril
Le franc-tireur
Le bavar et le paria
L'ombre sur la mesure
Regain de tension
Du coeur à l'outrage

Olympe Mountain
La montagne ça vous gagne

Oxmo Puccino
Opéra puccino
L'amour est mort
Le cactus de Sibérie
Le Lipopette Bar

Psykick Lyrikah
Derrière moi

Sept
Amnésie

Sept & Lartizan
Le jeu du pendu

Soklak
1977
Maow Airlines

Crash Test

01. Ambulance opulente
02. Crash Test
03. Une épave sur la route feat Alin Adren
04. Déserts et lézards
05. Mauvaise descente
06. Crash Test (instru)
07. Une épave sur la route (instru)
08. Déserts et lézards (instru)

 

Crash Test
(Hi-Tekk - Nikkfurie / Nikkfurie - I:Cube - Gilb'r)

Je suis curieux et furieux, studieux et pluvieux ;
c'est l'enfer si tu pries Dieu au pluriel.
Nul lieu n'est plus fiable que l'union de nos signaux :
CHATEAU FLIGHT, LA CAUTION , communion en studio !
Messieurs, le caisson de basse sous mon essieu ;
précieux, tes sons de tasse, nous on essuie !
Respire, fais table rase, on câble la masse,
on cadenasse et comme Ras Kass :
l'esprit sur de la glace. Ou donc naissions-nous ?
A Noisy-Le-Sec, au 17, donc paix sur nous.

Terminus, tous les voyageurs descendent en bad trip ;
c'est bête, minus, le nerf central :
c'est le requiem pour un rêve avec Miss minimum, à l'aise !
Rictus menaçant, c'est le plan flemme, j'm'illustre en jactant ,
mes jambes gesticulent sans attendre !
Perte des facultés motrices, vue brouillée, langue engourdie,
le cerveau se referme et cesse de communiquer avec la colonne vertébrale,
gros choc cérébral dans le lobe... C'est le métal !
Mon job c'est l'escale dans l'port, c'est brutal,
je transporte les épaves dans l'coffre de la caisse !

Refrain :
Parlons peu mais parlons bien,
nous n'avons que faire de vos bassesses
artistiques donc : sapristi !
Pour Aristide et Aresky...Vrai !
Anthologique estimation, partition d'apparence abstraite.
Nous sommes 4 et nous nous rentrons dedans :
sale temps pour un crash-test !

Paix sur l'ile de Gorée, instaurée de porcs et d'horreurs...
A l'orée de la Coupe en Corée, on saurait nourrir nos auras.
Sérieux ! Mourir on l'fera, on ne sait pas où est-ce qu'on ira
en ces temps dorés de dollars... Et ma barbe dans toutes ces eaux-là ?

Ma métropole est un vaste labyrinthe mental en quarantaine.
Dans le vice, et m'assistant dans le "sale" :
une peur, panique pleine d'enclaves en apesanteur,
me paralyse à l'aide de mes Adidas, mes Stans.
Tout ça pour une danse mystique sans tranquillisants !
J'enlève mes gants, allumant vite mon oinje de beuh,
calculant vite mon point d'impact.
J'assiste , insensible, à la course des girophares :
des lueurs indistinctes en ville ; le réservoir à sec,
limpide, intangible, est significatif... 93 :
mon indicatif départemental au milles cicatrices,
est cynique, si statique, vindicatif, m'épargne sans tact.
J'aime forcément la vie même si elle est brutale.
Un molard : une insulte buccale aux relans de butagaz ultrafort !

Refrain

Je sais qui je suis (moi)
et je sais qui tu es (toi) !
Je sais qui puait (ahhh!)
donc je sais qui j'fuyais !
Tu sais qu't'essuyais une défaite d'écuyer !
Je vois qu'tu m'suis mais j'aime t'aiguiller !
Je me fous de savoir si Plyers se tape Chaka Demus ;
reprends donc tes flyers de Star Academy !
Barracuda m'épie car Manhattan périt ;
mon armada, mon arbalète et ma sarbacane sévissent.
Les keufs voient ici l'inneficience d'une ratonnade,
mais savent à qui profitent les bénéfices du Mac Donald's.
Nikkfurie ne mûrit pas, il est mûr...
Un seul conseil, jeune...
Ne nourris pas les murs !

Zut, v'là l'triple chaos, Hi-Tekk t'inflige une joute vocale !
Suce ma trique, le K.O. se pointe, le gong sonne,
en plus l'arbitre te calme aux points, te ponctionnent,
se décalque au joint de pneus se ponponne !
Surface triste, là ou s'coincent 2 bonbonnes de gaz pleines de clous,
de trombones, mon son cogne, mon consortium est anti-pop et condamne.

Refrain


Une épave sur la route

A vos marques, espèces de salopards
Je mets le starter sans mon partenaire ;
Mon avocat c'est le master
Pratiquant le cannibalisme à termes.
A l'aise il manie sa lame avec un rictus aux lèvres,
Il est en manque
C'est le moment de le laisser seul à l'hôtel sans sâlam âlek
Je prends les clés de l'automobile et file en scred
Pensant que la femme de ménage
Comestible appétissante lui tapera dans l'œil :
Je pense qu'elle flirt actuellement avec un tueur cannibale !!

J'emprunte les escaliers pas l'ascenseur
Car c'est ce qu'ils désirent,
Me mettre en cage dans leur piège à malades mentaux !
Première escale parking au premier sous-sol
Ça pue la défaite et le canular,
Ma caisse est en panne de carburant salutaire.
Mon carburateur carbure à sec,
Dans l'absolu j'ai besoin d'essence.
Allez y'a plus qu'à siphonner le réservoir d'un camtar non !
Plutôt de cette ambulance là
Près du terrain vague ça me parle.
Heureusement mon passé de siphonneur d'essence me sert,
Cinq minutes passent et c'est le départ,
Le paysage défile grave,
Il excelle c'est rare, j'accélère,
J'entends les sirènes de l'ambulance,
Les gens gentils en blouses blanches m'insultent
Car j'ai subtilisé leurs médicaments,
En particulier de l'anesthésiant,
Et 24 ampoules de nitrite d'amyle,
Mais j'ai aussi dans ma valise 25 capsules de mescaline,
Cinq buvards d'acides ultrapuissants
Plus une série de comprimés multicolores
Sans négliger mes deux litres de tequila…

Reflets pervers, mes nerfs se braquent en express ;
Le vent se lève, mes ray-bans élégantes me servent
Et me préservent des rayons du soleil
C'est l'essence même de leur usage
Et les jantes de ma Pontiac brillent
Je vogue sur une putain d'autoroute perdue
Proche du style Mullholland drive.
Vite je stoppe l'auto sur la bande d'arrêt d'urgence,
Des hallus j'en ai milles au lendemain,
Mes pilules font que je gerbe sur mon pull orange pâle.
Pas le temps, j'ai le palais à sec,
Ça me vampirise comme une cuite au sang sale !!

S'il vous plait,
Puis-je abattre votre petit animal de compagnie sexuellement violable ?
Si votre femme est à plat, soufflez à 50 reprises
A l'intérieur du corps de votre nouvel ami.
Horrible ignare doublez la mise,
Au minimum une coulée de salive
C'est la plus originale des créatures :
Une poupée gonflable et vous :
Une blouse décontract faites couler la tise !
Saouler vous la gueule avec cette pouf' dégonflable,
Elle est cool et maligne,
Donne le blues dès qu'on parle d'amphétamines
Elle est sourde elle contraste : étrange elle s'anime !!
Elle se lève et m'éclate ma putain de gueule !! Bref !!
Au close combat, elle est excellente elle m'abîme.
Elle m'écrase elle est lourde et compacte :
Indécentes, les canines qu'elle me plante dans le cou,
Tentant le tout pour le tout,
Elle m'esquinte mais je la crève avec une épingle,
Elle plane à travers la pièce sans étincelle…


Déserts et Lézards

O.K... Bon, tu vas m'expliquer tout ça... Vas-y, j't'écoute...

C'est une mission sinistre avec risque de grand danger personnel...
Ca sent mauvais, mais personne m'y force !

Fais moi confiance... les juges sont mes amis.
Je suis l'avocat le plus sûr, j'te jure : je les habille !
J'te défendrai... Rien n'est impossible...
Quand Jack éventrait, le verdict ?... Pas d'homicide !
D'abord, prends une caisse décapotable,
oublie que tu viens d'une tess, dis plutôt que t'es de Bretagne.
Prends tes chemises hawaïennes et ton stock de mariejeanne...
Faudra s'armer jusqu'aux amygdales.

Comme avocat, il est pas mal ce type.
J'cavale, j'me speede et ma valise est pleine de produits pharmaceutiques.
Autoradio Panasonic, j'parle mal aux flics.
C'est l'panard au club, on jacte, arnaque aux jeux de hasard. Solide...
Toujours les mêmes salades au poste de douane,
les 2 Casanovas s'arrachent les tripes.
Bouteilles de gin ? J'les avale cul sec.
Ca va j'm'exprime en arabe et grec, ça va j'ai l'style !
C'est ça qu'ça reflète,
un sale caractère en traine-savate et tongues,
blouson pâle : Carrahrt beige.

J'prends le volant. J'fais le plein sans espèces :
un chèque à ton nom sous couvert d'une fausse pièce.
Mets moi ta cassette de Jefferson Airplanes,
endors toi chez "Botanic Airlines".

Je me réveille, me lève...
Merde, mais qu'est-ce qu'on fout en plein coeur du désert ?
Je gerbe, j'ai soif. Je sue à grosses gouttes,
mon sang est trop épais pour le Sahara !

Mais au loin un pub, une oasis,
une illusion se profile en cavalcade.

Je m'y précipite !

Mais là bas, en bas, dans l' bar, c'est l'précipice !

Les clients me guettent d'un air suspect...
Je pense qu'ils savent pour les amphétamines, c'est visible.
Mes gestes lents et secs me trahissent, c'est risible.
Ma tenue de golfeur "serie z", m'élimine,
m'élève au rang de suspect critique. Les regards me scrutent...
Ils veulent mes Ray Bans et mon bob... Véridique !

Nan, ne leur donne pas !

Les clients ont disparu,
j'étais en plein milieu d'un foutu zoo de reptile.
Quelqu'un a donné à boire à ces bêtes.
Sceptique est mon état actuel.
Je pense qu'elles s'apprètent à nous dévorer,
désolé, personnellement voir ces grands lézards se bécotter me répugne.
Esseulé, je vais dégueuler et m'isoler
dans un coin sombre à l'abri de ces reptiles à sang froid.

Amnésiques, sous herbe ; élitistes, trop fort !
On oublie tout et on repart à l'aube...
Carrément barrés, intelligents... mais paranos !

On veut des armes et du crystal
avec des femmes à mettre en larmes !

O.K. Papi... Donc là c'est le luxe !
Le must ! Le "Smarties Club"...
Je soulage Monsieur de sa carte bleue,
toi... Tu fais pas l'con !

J'ai une sale coupe au Pento, j'allume une cigarette.
C'est une putain de Gitane "Maïs" que j'ai au bec,
pas une "Malbak" au menthol, au sens propre, on s'en cogne !
A la main je tiens un verre de jus
d'ananas/banane avec un zeste de citron et d'orange Bud...

En dormant j'bug ! T'as tué l'ambiance en volant l'skeud !

Ca c'est du skeud !

On me lance un mollosse genre "romain" de Roman Polansky,
nos trances recommencent ! Comme au ski...
Sous mes deux manches : un collant, une potence...
Une aubaine quand je repense aux dents du collosse ! A l'amende !
Nous sommes officiels, y compris à la danse.
Maintenant, on se sent bien... On a du videur dans la panse!

Sur la piste Open-Bar, pris au piège en discothèque...
Ambiance carnaval banal. Mon vice obscène se déclenche :
une crise au siège de mon calbute ou caleçon :
j'te pisse au zène !

Les flics arrivent... Des pécadilles...

Une gamine en otage, c'est le mécanisme !

Haute-voltige, démarre la caisse et mets la zique...

Tèj la fille mais garde son sac...

Nan, t'inquiètes pas... J'ai déjà sa carte!

Ah ouais ?

Chemise hawaïenne, élitiste ? Ouais !
Je vise "l'aquarium" et les stripteases,
je mise mon salaire et mes slips neufs,
"pe-tri" parano, c'est Noisy L'Keus !

En chemise hawaïenne, j'suis agen.
Il vise "l'aquarium", moi, l'argent.
Il mise son salaire et, moi, rien !
D'un putain de parano... Je suis l'agent.

Site créé et géré par Miles - Contact

accueil | albums | lyrics | goodies | liens
© mileskabal.free.fr - 2017
Valid XHTML 1.0 Strict