Assassin
Note mon nom sur ta liste
Le futur que nous réserve-t-il ?
L'homicide volontaire
Touche d'espoir

Casey
Libérez la bête

Iris & Arm
Les courants forts

Kamasoundtracks
Soul'Sodium

La Caution
Les rues électriques
Asphalte Hurlante
Crash Test
Peine de maures
Arc-en-ciel pour daltoniens

L'Armée des 12
Cadavre exquis

La Rumeur
Le poison d'avril
Le franc-tireur
Le bavar et le paria
L'ombre sur la mesure
Regain de tension
Du coeur à l'outrage

Olympe Mountain
La montagne ça vous gagne

Oxmo Puccino
Opéra puccino
L'amour est mort
Le cactus de Sibérie
Le Lipopette Bar

Psykick Lyrikah
Derrière moi

Sept
Amnésie

Sept & Lartizan
Le jeu du pendu

Soklak
1977
Maow Airlines

L'homicide volontaire

1. L'homicide volontaire
2. Shoota Babylone
3. L'odyssée suit son cours
4. L'entrechoque des antidotes
5. Legal ou illegal ?
6. "Ce sont des agitateurs !"
7.Quand j'étais petit
8. Pays extraordinaire
9. L'Etat assassine
10. A titre posthume
11. L'egocentrisme de l'assassin
12. ?? Radio ??
13. Entre dans la classe
14. Problème ?
15. Guerre Nord-Sud
16. Undastand ?
17. La flamme s'éteint
18. L'objet
19. Atakamalak
20. Ecrire contre l'oubli

 

L'homicide volontaire
(Rockin'Squat - Doctor L)

Même planète.
Même système.
Tu comprends, le plus important, c'est de placer toutes les livraisons dans les quartiers les plus défavorisés.
Même guerriers.
Le Underground doit s'unir et s'organiser à une échelle internationale.
Il faut sauver nos enfants; il faut les sauver. Ils sont en grand danger, il faut les sauver. Sauvez-les!
Nouvelle mission. Avant, ils se posaient des questions sur le futur.
Quel futur pour les peuples affamés du Tiers-Monde?
Et quel futur pour ceux qui croulent sous la misère dans les sociétés industrielles?
Ajourd'hui, leur mission est de faire survivre l'espoir à travers la réflexion face à l'ennemi.
Mais dis-moi, qu'est-ce qu'il faut faire?
Eduque-toi si tu veux t'en sortir.
L'Ennemi... la machine la plus sophistiquée à ce jour, c'est... l'Etat.
Leur message s'adresse à tous.
Qui vous envoie?
Personne, nous sommes un pur produit de l'environnement.
Si vous pensiez avoir tout compris.
Le temps n'est plus à la guerre comme autrefois.
Je suis le dernier de mon espèce.
Suivez donc l'Odysée.
Assassin.
L'homicide volontaire.
Ils sont là, de retour.
Pour de bon.

 

Shoota Babylone
(Rockin' Squat / Doctor L)

UUn nouveau titre, une nouvelle ambiance oppressante.
Accroche toi à la rythmique, surveille la descente.
Car la montée, elle, sera comme toujours assassine.
Comme un fil dans une aiguille, la précision touchera sa cible.
Le micro dans ma main, le retour de l'Assassin.
Whoy, whoy, whoy, choisis ton chemin.
Car le notre se trace à coups de tonnerre musical.
On fume le fonck, et le recrache en freestyle !
Pas de problème man, nous restons undaground,
Sous la couverture des quartiers qui délirent sur notre style.
On ne fait pas de copinage avec le gratin musical.
Préférant de loin vendre moins, mais garder l'impact d'une balle.
Cette vision est radicale mais réflechie,
Car la musique se propage aussi, de façon illicite.
Les cassettes circulent et la masse s'agite,
Et la masse cogite, il faut vite;
Arrêter l'émancipation des chansons à thèmes.
Traitant des réalités, mettant en danger le système.
Vraiment? Je ne pense pas qu'une chanson pourra changer la condition de l'Homme.
Pourtant on vérifie que l'audimat reste dans les normes.
On est loin des Jardins de Babylone.
Alors on prend les rênes en main et par le biais du symbole.
On demande à tous les posse de s'unir pour shooter Babylone !!

On ne me ment plus, l'africain est mon frère.
Le musulman, le juif, je respecte leurs prières.
Individuellement le choix de chacun est propre à lui-même.
Vu de l'espace l'Histoire de la Terre est pour tout le monde la même.
Mais si on se rapproche, on voit qu'une Porsche
Motive plus d'amour qu'une mère qui nourrit ses gosses.
C'est fou de voir tous ces gens attirés par l'argent,
Comme le requin attiré par le sang.
Je suis né et je vis à Babylone,
Là où les enfants tuent, dealent et volent.
Alors accrochez vous, car maintenant nous shootons Babylone !!

Quant on parle de Babylone, on le prend comme symbole
Pour illustrer le monopole qu'exercent les structures dirigeantes en métropole
A l'égard des minorités qui forment une majorité sur le globe.
L'ennemi de ce système s'adresse,
A tous les gens qui ont encore l'espoir que ces horreurs cessent.
Babylone et moi,
Nous ne dealons pas ensemble, la décadence je n'aime pas.
L'oligarchie est présente dans les rues de Ripas.
Le futur dépend de notre action présente, ne l'oublie pas !
Si tu restes statique, si tu ne t'occupes pas de politique.
La politique s'occupe de toi.
Si tu t'en occupes trop, gare ! Aux chiens de garde de l'Etat.
La pression constante d'évoluer en terrain inhospitalier
Fais monter la parano, monte le débat à un autre niveau.
Ca y est, le flot de mes mots résonne ... Smoka Babylone !!


L'odyssée suit son cours
(Rockin' Squat - Ekoué / Doctor L)

Une nouvelle étape dans l' évolution de l'analyse des paramètres.
Qui lache l'affaire ? Qui part ? Qui reste ?
Certains on plusieurs vestes,
D'autres sont contagieux comme la peste ,
Et tous veulent du changement, mais quel changement ?
Changer de gouvernement, changer de rapport avec les gens.
Changer les enfants, changer en plus conscient,
Changer le monde, changer le présent ?
Ca c'est sur, le futur en dépend.
Mais quelles solutions pour lutter contre la décomposition sociale
Qui s'installe et pénètre,
Chacun d'entre nous qui ne connecte pas son intellect ?
Je parle clairement pour que tout le monde me comprenne.
Autant mes ennemis, que mes amis que j'aime.
Sommes nous nés sur cette planète pour reproduire inlassablement,
Les rapports humains guidés par l'incrédulité des gouvernements ?
Des fois, cut ta télé, change ton quotidien,
Rentre dans un musée, ou lis un bouquin.
L'odyssée de la vie n'est pas un film au cinéma.
Si tu ne t'éduques pas, tu restera en bas !
Je ne veux pas de leader, mais un monde qui m'inspire.
Je ne veux pas de pays, mais un enfant qui sache sourire.
Pour ça, Assassin combat jour après jour.
Hoo, et l'odyssée suit son cours !

Refrain

Quand on tue une opinion, normal qu'on s'expose à des risques.
Exemple l'URSS, ou pire le Sud des Ameriques.
Plus de choix, que choisir entre la peste et le choléra ?
Voilà quand on ne baisse pas son froc devant les USA !
Toute thèse révolutionnaire sillonante est bannie.
C'est comme au poker, on t'arnaque puis te déshabille.
De haut en bas, en Occident ou pas gars
Les peuples insoumis sont aujourd'hui ceux qui bouffent du rat.
S'installer en Afrique, en Asie est non négligeable.
Pour un occidental, là bas, la vie est plus que rentable.
On triche, on tue, plus que jamais corrompu,
Pas de risque pour un voleur sous l'étiquette de l'ONU.
L'occident approuve, la Somalie le prouve.
Qui sème la merde, la récolte puis la trouve.
Unissons-nous pour préserver ce qui reste de l'amour,
Pour que l'odyssée suive son cours !

Refrain

L'odyssée suit son cours, et rien ne l'arrête.
Mais à quel prix le vent se fraie un passage quand il y a une tempête.
Les courants artistiques sont le baromètre de la situation politique d'un pays.
On shoote les chanteurs de raï en Algérie.
On emprisonne les poètes en Colombie.
On exécute les leaders noirs au Etats-Unis.
Et on me parle du respect des Droits de l'Homme dans mon pays.
Non, non, non, le fleuve coule mais l'eau n'est plus potable.
Tu peux t'abreuver à sa source mais pas au pichet sur ta table.
A qui donner sa confiance ?
Dans l'oeil réside la méfiance.
L'alliance des poètes n'existe que dans les rêves de l'enfance.
La réalité rappelle les réactions radicales d'un réalisme renfermant
Dans ses récifs, la rivalité résultant des relations auquelles l'Homme a recours,
Pour que l'odyssée suive son cours !


L'entrechoque des antidotes
(Rockin' Squat / Doctor L)

Un pied dans les sables mouvants des mouvements de masse.
Un autre dans le mouvement stable et ancré des différentes classes.
Et les pages défilent jour après jour,
Prisonnier d'un jour n' jamais sauvé toute une nation.
Désolé pour notre auditoire multicolore,
Mais la réalité a pris en moi la place d'un virus qui attaque le corps.
Aux avant-postes des ripostes les plus conscientes.
Je préfére vous parler cash, et éviter la pente.
Pour nous, le vent ne souffle pas en Arizona,
Mais bien dans nos rues de Marseille à Sarcelles, et de Lyon à Ripas.
Tu comprends pourquoi nous sommes l'inverse des pôles d'attraction .
La réaction à nos chansons est inévitable si tu mets le son à fond.
Qu'elle soit active, passive, violente ou qu'elle complote,
Ta réaction sera un tout au moment du choc.
Tic, tac, toc, note après note
On développe la contre attaque à l'entrechoque des antidotes.

Le temps passe, le temps passe, TIC, TAC, TOC
Une nation, un groove voilà notre antidote. ( 2 )

On organise de grandes manifestations humanitaires,
Solidaires devant la misère quand le banquet est offert.
On se masque la réalité en orchestrant la charité.
L'aumône n'a jamais réglé les problèmes d'un Soudan affamé.
Comment cela se fait que les Restos du Coeur
Existent au pays des droits de l'Homme ?
Si le peuple doit s'organiser pour manger,
Je m'arme tout de suite d'un magnum.
On t'injecte le sérum d'aliénation,
Celui des bonnes actions au 20H30 à la télévision.
Mais le fait que 3/4 de la population de la planete
Se meurent pendant qu'une élite fait la fête,
Nous pousse à penser comme le Che Guevara,
Liberer les peuples de l'oppression de leur ....
Et le flot de cette musique est comme de la dynamite.
Dans son emballage elle t'attire, tu la touches, c'est une bombe
Et non un hit commercial.
Mais un hit cérébral,
L'antidote contre les chacals, redonnant une conscience musicale.
Pénétrant à travers les enceintes,
Dans tous les milieux touchant jusqu'au foetus de la femme enceinte.
Le son se propage partout à la fois,
Nos voix pénètrent des endroits où les keufs ne font pas un pas.
Emanant de l'environnement, les chants qui m'accompagnent,
Symbiose du hardcore et du slow des villes et des campagnes.
Dans un but précis ?
Qui sait si l'antidote aura un jour l'aura
Sur une entité dépassant le microcosme Hip-Hop ?
Tic, tac, toc note après note,
On développe la contre-attaque à l'entrechoque des antidotes.


Légal ou illégal ?
(Rockin' Squat / Doctor L)

L'échec de la guerre à la drogue ne peut s'expliquer seulement
par les effets pervers de la répression ou la corruption des agents de contrôle.
La cocaïne rapporte beaucoup trop d'argent pour qu'on la combatte sérieusement,
C'est une formidable pompe à finance qu'on ne peut abandonner aux seuls trafiquants.

La guerre à la drogue a été créée pour des objectifs politiques,
Qui servent les politiciens et justifient les budgets militaires, on s'explique :
La politique de subvention agricole appliquée,
Par la Communauté Européenne et les Etats-Unis.
A fait chuter les prix agricoles de 50% en 30 ans donc les pays;
Du Tiers-Monde n'ont plus que les cultures de coca,
De pavot, de hachich et de marijuana.
Pour être compétitif sur les marchés internationaux.
Bonne raison pour envoyer les G.I's. dans les pays producteurs de pavot.
On combat la keco, pour avoir des places stratégiques dans le business illégal,
Car la communauté financière internationale
Gère les bénéfices de la drogue dans les banques occidentales.
La seule vente légale de feuilles de coca,
Est pour Coca-Cola qui les raffine pour sa boisson.
Les USA combattent la coca !
Alors qu'il sont les seuls au monde à pouvoir l'importer librement dans leur nation.
Pendant que dans la rue on se fait serrer pour deux grammes de chichon.
Les prisons sont remplies de petits délits,
Le tout organisé comme un show télévisé.
Chaque personne a son rôle à jouer dans la société.
Mais attention, chacun à sa place,
Sniffe de la coke dans le ghetto, vends du teuchi par kilo,
Mais ne viens pas t'occuper du business de l'Etat sinon tu finiras à la morgue ou au cachot.
L'Etat assassine, ce n'est pas une surprise;
Quand l'Etat a une cible son bras ne tremble pas quand il vise.
La répression sur les petits trafiquants,
Cache la vraie identité des gouvernements en occident.
C'est la France qui vend des armes au Rwanda,
Les Etat-Unis contrôlent toujours Panama.
Et tout le monde s'agite dès qu'il y a du fric,
La mort est valeur marchande, c'est la loi du trafic.

Car le business des armes est légal,
Mais le business du teushi reste toujours illégal.
Le business des tranquilisants est légal,
Mais le business de la sensi reste illégal.

Tous les business sont légaux quand ils sont controlés,
L'illégalité dépend de ta place dans la société.
Tu peux dealer des kilos si tu es dans l'armée,
Mais te faire enfermer 10 ans si tu deales pour ton quartier.
Certains dealent de la came, d'autres dealent des armes,
Le business illégal est légal quand il sert le patrimoine national.

Tous les business sont légaux quant ils sont controlés,
L'illégalité dépend de ta place dans la société.
Tu peux mourir dans la rue d'une O.D.
Mais pas dealer dans l'escalier de ta cité.
Certains dealent de la came, dÕautres dealent des armes...

Quant on s'aperçoit de tout ce trafic, de tout ce fric, toute cette thune qui circule
Pendant que les petits dealers croupissent en cellule.
On se demande si il ne faudrait pas
S'organiser arme au poing face à la lo .
L'Etat nous pousse dans les précipices, dans le gouffre.
Le business du hachich développé dans les artères des villes,
Occupe et fait survivre les forces du underground les plus actives.
Voilà pourquoi l'Etat le tolère,
Il préfére nous voir faire des affaires illégales,
Plutôt que de nous voir nous organiser entre villes sur des bases sociales .
Si tu vends la mort dans un bar-tabac,
Pas de problèmes pour toi tu es couvert par l'Etat.
Car 70% d'un paquet de cigarette,
Et chaque dose d'alcool calculée au millimètre.
Reviennent dans la poche du big boss,
Celui qui contrôle sans visage les parents et nos gosses.
Mais si tu vends de la drogue à son insu,
Tu deviens le déguisement parfait dont les médias sont à l'affût.
Pour faire croire que la guerre à la drogue est déclarée.
" Cette année nous avons attrapé ceux qui tuent vos enfants dans les lycées."

La télé est une drogue, le tabac est une drogue,
Le café est une drogue, l'Amour peut être une drogue.
L'alcool rend accro comme l'héro,
Les ragots des médias font plus de victimes que le teush et la keco.
Et en France, on nous traque toujours pour un oinj de sensi,
Pour un keusdi de teushi, et aucune pédagogie en ce qui concerne la toxicomanie.
Assassin analyse comme beaucoup l'ont déjà fait.
Ce n'est qu'un grain musical dans l'Histoire de l'Humanité.
Non, non, non nous n'allons rien changer,
Le business illégal est contrôlé à une échelle internationale.
Produit du Capital, ils aiment quand dans tes veines coule de la came.
L'attaque est sociale, l'attaque est raciale.
Ne sois pas surpris que les quartiers défavorisés soient le plus touchés par ce mal.

Car le business de l'heroïne est illégal,
Mais le business de l'alcool est légal.
Le business de la cocaïne est illégal,
Mais le business du sexe est légal.

Refrain


"Ce sont des agitateurs !"
(Jefferson Stein)

"Je demande seulement que vous m'aidiez, pour le bien des enfants.
Ce qui le fait de quelques agitateurs, tous en paient le prix.
Tous les enfants!
Alors je vous dis: 'Aidez-moi à identifier ces agitateurs.' "

 

Quand j'étais petit
(Ekoué - Rockin' Squat / Doctor L)

Quand j'étais petit, ma mère veillait sur mon physique.
Pas de couteau ni de pistolet, même en plastique.
Suite à cette éducation j'évite le côté critique du moment du gangsta shit.
Visant à calibrer un refrè pour un oui ou pour un non.
Non . Moi, j'opte pour l'adolescent instruit,
Pas celui qui joue les ruffnecks des téci.
Soit le plus petit des chieurs de mon âge, ce fut moi.
Mes profs le savent mieux, mon père en paya les frais et moi ,
Comme tous les bouffons de mon age,
Je jouais au petit con quand d'autres jouaient aux images.
Pas de bicyclette, pas de skate-board mais juste
Un paquet de Malbaro, une garette de plus.
C'est à 15 ans, soucieux du temps et conscient que l'argent
Est un putain d'esclave mais pas un bon maître pour l'enfant;
Que j'étais, évitant tout contact puant.
Avec ces gens respectés pour leur statut de trafiquant.
Ceux dont les dérapages affluent,
Ceux pour qui la rue ne fut une fin mais un moyen de prendre le dessus.
J'ai appris, je sais; hum; me cultivais.
Mais l'école ne m'a pas dit, les médias ne m'ont pas dit.
Qui j'étais, qui je suis, d'où je viens, où je vis ?
Mais l'école ne m'a pas dit, les médias ne m'ont pas dit.
Qui j'étais, qui je suis, d'où je viens, où je vis ?

Plus on écrase la masse, plus on tue la jeunesse.
De moins en moins d'élèves en classe, le chomage s'élève, l'individu stresse !
Maîtresse dites moi pourquoi:
L'insouciance de l'enfance se fait mash up par l'Etat ?

Motha, motha, motha, save your child.

Quand j'étais petit, je n'étais pas grand, laisse tomber ce style de rimes.
Avec mes yeux d'enfant, je ne reconnaissais pas mes cibles.
Je voulais aller au ciné voir des films,
Où ça shootait, où les femmes et leurs filles.
Jouaient les chiennes, j'avais soif d'extrême.
A l'époque je n'avais aucune connaissance de notre système.
Quand j'étais petit, on m'apprenait à respecter les grandes personnes,
La police, l'armée et dans l'Histoire les grands hommes.
Puis la page tourne, les veines de la ville
Me montre que les corps d'Etat chargés de la protection des civiles.
Sont les premiers à frapper lors des manifestations,
Sur les ouvriers, les jeunes; les jeunes qui ne veulent plus de votre éducation.
L'armée m'attend toujours sous les drapeaux de sa nation.
L'évolution du petit garçon a cultivé sa propre opinion.
Car à 5 ans, à 8 ans, à 12 ans,
Mon regard sur la vie était tout autrement.
Pourtant déjà un pédiatre me suivait,
Voulait en savoir plus sur ce que je disais
Voulait en savoir plus sur ce que je pensais.
L'enfant est traumatisé quant il vit dans nos sociétés.
Pô, pô.
Mais je connais mes droits.
Pô, pô, pô.
L'Etat n'a pas eu Teusqua.
Pô, pô.
L'Etat n'a pas eu Djeuma.
Ekoué !
L'Etat ne m'aura pas.
Meulia,
Ne t'en fais pas pour moi !

C'est le pays joyeux des enfants heureux,
Des monstres gentils oui c'est le paradis.
Mais maintenant que je suis grand,
Je m'aperçois de la situation de la planète.
Avant j'étais petit, aujourd'hui je me connecte. ( 2 )

Motha, motha, motha, save your child.

De plus, quand j'étais petit on ne m'a pas dit,
Que la couleur de peau était un frein, que dans ce pays
La notion de profit fait le jeu de la bourgeoisie.
Que les conflits de classe persistent et ne datent pas d'aujourd'hui.
On ne m'a pourtant pas dit que les haut-placés,
Voyaient le taux d'urbanisme accentuer les problèmes sociaux.
L'Etat et moi n'opérons plus ensemble et,
Quant on ment à un gosse normal qu'il devienne rancunier.
Où tu aimes le plus manger ?
A McDonald .
Que préfères tu à la télé ?
Les armes et les femmes.
Qu'est-ce que tu veux faire plus tard ?
Chanteur ou voleur.
Va te coucher, il est tard.
Non, il n'est pas l'heure !

C'est le pays joyeux des enfants heureux,
Des monstres gentils, oui c'est le paradis.
Mais maintenant que je suis grand,
Je m'aperçois de la situation de la planète.
Avant j'étais petit, aujourd'hui je me connecte.

Motha, motha, motha, save your child.

La psychose infantile entretenu par le profil
Ideal que l'on inculque aux masses.
Prévoit la reproduction des inégalités des classes sociales.
Certains aiment les maths, d'autres aiment les balles.
Certains vont voir Robocop, d'autres s'attardent quand Chomsky parle.
Il y a de tout, c'est un tout.
Mais pour un enfant, c'est beaucoup.
Le long fleuve tranquille ne coulera plus tranquillement.
Après le beau temps, vient la pluie quand on délaisse ses enfants.

C'est le pays joyeux des enfants heureux ,
Des monstres gentils, oui c'est le paradis.
Mais maintenant que je suis grand,
Je m'aperçois de la situation de la planète.
Avant j'étais petit, aujourd'hui je me connecte.


Pays extraordinaire

"C'est un pays extraordinaire, ici, j'adore.
N'importe qui peut y faire ce qu'il veut du moment qu'il a les moyens de payer ses amis.
Ce qu'il leur faudrait, ici, c'est une bonne vieille révolution, t'es pas d'accord?
Alors, elle est où, la musique?
Qu'est-ce qu'ils foutent, ces fainéants? J'veux d'la musique ou je fais un carton! - BOOM!"

 

L'Etat assassine
(Rockin' Squat / Doctor L)

La justice n'a pas rendu le jugement
Que le peuple attend.
Voilà pourquoi, nous avons la haine
Contre leur système.

Shoot, shoot, le rythme suit sa route.
Plus de doute le posse Assassin fait partie des gens qu'on écoute.
Qui sont les criminels ?
Qui sont ceux qu'on enferme ?
A l'école on nous impose des modèles,
Mais la vie me révèle le côté réel des fils de pute qui nous gouvernent.
Pas un mot sur les crimes quand l'Etat assassine.
On t'opprime, si ça ne va pas, on te supprime.
Pô, pô, pô, voilà comment la police s'exprime.
Personne d'entre nous ne veut finir comme Malek Oussekine.
Bing, bang, la police est comme un gang.
De l'Afrique Noire au maghreb et de la Corse à l'Irlande.
Les minorités se lèvent, notre sang vient de la même sève.
C'est pour ça qu'il n'y a jamais de trève.
Je ne vote pas, la politique institutionnelle ne m'intéresse pas.
Je rappe pour les bas-fonds, pas pour les bouffons.
Notre cul n'est pas à vendre, mais pour le tien j'ai du plomb !
La justice juge sur des critères bien définis,
80 % des prisonniers sont ouvriers, chômeurs ou sans logis.
Combien de keufs sont incarcérés ?
Dites-moi simplement dans l'Histoire
Le nombre d'hommes politiques déjà condamnés ?
Christophe Matieu, Mohamed Diab ou le petit Thibeau
Sont tombés sous les balles, les porcs qui ont tiré sont bien au chaud.
Et nous, on nous reproche de semer la panique.
Atteinte à la sûreté de l'Etat quand Rockin' s'excite.
La jeunesse n'a pas besoin d'Assassin pour voir que l'Etat nous nique.
Et toutes ces conneries me donnent envie de shooter un ministre !
Zingue, zougue, zam, le undaground s'exprime.
Pendant que jour après jour l'Etat assassine !

L'Etat assassine, un exemple Malek Oussekine,
Bing, bang, la police est comme un gang.
Car l'Etat assassine Makomé en a été victime,
Bing, bang, la police est comme un gang.
L'Etat assassine, à deux doigts Rodney King,
Bing, bang, paix à toutes les victimes !

Vous voulez qu'on respecte votre Etat policier.
Vous nous dites que tout les flics ne sont pas mauvais.
Que si la police n'était pas là, ce serait pire encore.
Que la société a besoin de vous sans compter ses morts.
Mais c'est fini, le peuple se réveille et nous demandons des comptes.
Le pouvoir judiciaire doit prendre au sérieux ce que l'on raconte.
Car lourde est l'ambiance quand la bavure frappe.
La police et l'armée sont des gangs organisés, donc je prends mes marques.
Un exemple, leurs comportement dans les émeutes du 18ème.
Ils frappent les jeunes, les vieux, les enfants afin que l'ordre règne.
Nous ne sommes pas au premier chapitre des enculeries politiques,
Financières, policières, le business des affaires est prospère
Quand il se règle dans les couloirs des ministères.
Et pendant qu'Assassin est censuré quand il s'exprime,
Le gouvernement est à la tête d'un Etat qui assassine.

Refrain

Bing, bang, yeah money, je parle des bavures policières.
Oui mon frère, quand en un instant tout s'arrête.
Quand tu prends une bastos en pleine tête
Par les responsables du maintien de l'ordre public,
De l'ordre public, ou de l'ordre politique ?
Du délire d'un flic, ou l'erreur est humaine ?
Alors, moi aussi, dites- moi, je dégaine ?
Le crime, est-ce un produit du système ?
La haine appelle la haine, si ton esprit se referme.
Le doigt sur la gâchette, mon front transpire,
Mon coeur bat plus vite, mes pulsations s'excitent.
Le sang coule dans mes yeux, mais je mérite mieux.
Pourquoi le shooter lui et pas un autre ?
Si je shoote ce keuf, je devrais shooter les autres.
Mais ce sont des hommes !
Ca y est ma tête explose,
Toutes les valeurs s'entrechoquent,
Car la question que je me pose est:
Doit-on répondre de la même manière aux violences policières ?
Mais je ne changerai pas le cours de l'Histoire, si je shoote un commissaire.
S' il a buté mon frère, ça pourrait me satisfaire.
Mais le cul entre quatre murs, il ne me restera que la prière.
Oh shit ! Ma personne s'excite !
Et mes doigts sur le calibre sont moites, tremblent et s'agitent.
Les secondes paraissent des heures ...
Et l'odeur de l'acier dans ma main a un goût de rancoeur.
Tant pis je shoote, tant pis je shoote,
Je n'en ai plus rien à foutre, dans ma tête il n'y a plus de doute !!!
Eh, Squat réveille-toi ... (scène du réveil)

Refrain


A titre posthume
(Rockin'Squat / Doctor L - Rockin'Squat)

Born to die so why should I cry, when it's over...

Désemparée par le cycle de la vie,
Quand une fleur éclot, souvent une se fane aussi.
L'arbre est robuste, mais meurt un jour.
Le papillon déploie ses ailes mais ne vit rarement plus de trois jours.
Ho, la dure loi de la nature,
Me rappelle minute après minute qu'on ne choisit pas son heure de fermeture.
C'est comme ça, même la science n'y peut rien.
Quand le rideau tombe, c'est que la pièce touche à sa fin.
Et l'inconnu fait peur, on ne sait pas quand on part.
La vie est si violente, qu'elle me glace la mémoire.
Il est toujours dur de perdre un être cher,
Les souvenirs sont là mais laissent un goût amer.
L'odeur de la mort nous fait prendre conscience des périples de la vie.
Quand je la côtoie, je n'ai qu'une envie:
Apaiser mes relations humaines, ne plus dégainer, canaliser ma haine.
Donner plutôt que recevoir,
La mort est souvent noire, la vie est si fragile.
Pourquoi perdre son temps à des prises de tête inutiles ?
Quand on voit qu'à tout moment des gens,
Autour de nous, sont frappés par le souffle du temps...
Depuis des millénaires, nous redevenons poussière,
Certains meurent de vieillesse, d'autres sont frappés par l'éclair.
Et nous, vivants que nous sommes aujourd'hui,
Nous ne pouvons que subir les décisions de cette vie.
Une larme coule sur la joue, mais l'oeil est toujours clair,
Le temps d'une prière.

Born to die so why should I cry, when it's over...

Certaines tribus font la fête le jour des funérailles.
Autour de moi, je n'ai jamais vu que des larmes.
Le corps s'en va, l'esprit demeure.
Je souhaite à tous les morts de trouver la paix et le bonheur.
Tout être vivant, virevoltant avec le vent,
Un jour ou l'autre, se pose et perd tout mouvement.
Un être inerte me rappelle que la perte de la vie est inéluctable.
Je ne fais qu'un avec l'espace mais c'est dur pour le mental
D'accepter qu'un jour tout s'arrête.
Etrange vie que l'on vit sur cette planète.
Et j'interprète différentes facettes qu'il pourrait y avoir après la mort.
Afin de trouver du réconfort.
Puis un silence replonge l'ambiance de la pièce,
Dans cette angoisse qui ne s'explique ni par mot, ni par geste.
Et à coté de ça, le monde continue.
Je vois toujours des peuples qu'on entretient pour qu'ils se tuent.
Je vois toujours l'oiseau qui bat des ailes,
Malheureusement affaibli par la pollution du ciel.
Je vois toujours la morosité frapper trop de gens,
Toujours une attitude, des relations à deux francs.
Mais quand on revient d'un enterrement, je vous jure
Que l'approche avec les gens devient plus dure.
Alors laissez moi seul écrire ces quelques vers,
Ils feront pour moi office de prière.

Born to die so why should I cry, when it's over...


L'égocentrisme de l'assassin
(Rockin' Squat / Doctor L)

Dans la forêt sombre des psychoses diverses,
Je verse mes émotions dans les notions qui me restent.
Il est facile de perdre l'équilibre sur une circonférence,
Perdue dans l'univers trouble d'un horizon dense.
Car chaque individu, chacun d'entre nous sur cette terre,
A, au plus profond de lui, son ego comme adversaire.
Attendant paisiblement comme le requin dans la nuit noire des fonds marins,
La venue prochaine de l'Assassin.
Celui qui réveillera nos faiblesses, nos différences,
Travaillant le mental, déstabilisant la patience.
Il est là, présent, voit ce que l'on voit, vit ce que l'on vit,
Prêt à tout, faisant partie intégrante de nos esprits.
Prisonnier de ses propres émotions,
C'est un effort permanent pour ne pas être prisonnier de sa pression.
Les fleurs éclosent dans un monde où l'on cultive l'individualisme,
Où les racines ont pris forme dans les "libertés" du capitalisme.
Tu comprends pourquoi les fruits sont souvent avariés,
L'eau qui les arrose est trop souvent polluée
D'avidité, de cupidité guidée par l'égocentrisme
Qui s'immisce dans chacun de nous, puis glisse ...
Dans les cellules conscientes de notre anatomie.
Ce putain de système parfois me mash up l'esprit.
Me fait plonger dans mon ego plutôt que dans la lucidité.
Il est parfois dur d'appliquer ces belles théories avec des enculés.
Le miroir reflète l'image, mais l'image est souvent sombre.
Quand l'ego surplombe la conscience et s'active dans la pénombre.

Seul dans une ville de grande solitude.
La face cachée de notre ego ne veut pas perdre son attitude.
Il lutte, il lutte, mais le système l'oppresse.
L'égocentrisme de l'Assassin intervient quand le mental stresse.

L'heure sonne, l'heure sonne, monte les basses au maximum !
Le dédoublement de ma personne s'imbibe de ce qui l'environne.
Sous transfusion du virus de consommation,
J'irais bien karna cet enfoiré vu sa maison.
Vu ma vision, vu que j'ai perdu ma raison,
Laissée à l'abandon dans les rues de cette nation qui m'a vu naître.
Un numéro, une étiquette,
Un nom, un prénom, une classe sociale et bienvenue sur la planète.
Prends à droite, prends à gauche, tout est indiqué, tout est dirigé
Laisse faire l'Etat, le schéma est bien pensé .
Bullshit ! Comme le dirait le home boy Aroïne.
L'homme est un loup pour l'homme, mais j'ai décidé de contrôler ma personne.
C'est sûr, c'est dur mais je pense au futur
Puis soudain mon ego me revient à toute allure.
Ramenant le côté impur des pensées malsaines,
Celles qui traînent dans les extrêmes, celles qui font que mon coeur saigne.
Il est en moi, car mon moi est son moi,
Et sans émoi, à la moindre occasion il me foudroie - Booyaka !
Car si je laisse l'égocentrisme me contrôler comme ils le veulent,
Je serai un nouveau naufragé, seul.
Bien seul avec mes pensées quand je m'endors.
Seul, bien seul avec ma rancoeur et mes remords.
Le miroir reflète l'image, mais l'image est souvent sombre.
Quand l'ego surplombe la conscience et s'active dans la pénombre.

Refrain

Click, clack le maniak se dédouble en moi,
Mes réflexes sont conditionnés par sa voix .
Qui, elle-même, est le reflet de la tension qui oppresse ma personne.
Dur de rester fresh quand on vit à Babylone !
Pourtant le désespoir est une insulte à l'avenir.
C'est une phrase bien optimiste quant on laisse les gens mourir.
Et mon ego le sait, on ne lui ment pas.
Le seul qui peut le stopper dans ses actes, C'EST ....


?? Radio ??
(Undaconnexion)

" Oh, OK, vous ne faites pas d'erreur,
vous êtes bien connectés sur la radio sans concession
ASSASSIN avec votre DJ number one, Undaconnexion.
Il est 5h du mat et je n'ai pas de frissons.
Mais je vous monte le son.
Alors a toutes nos soeurs et tous nos frères
qui sont restés branchés sur notre fréquence
en cette heure tardive, et à tous ceux qui nous rejoignent,
apprenez qu'aujourd'hui il fera très chaud:,
32°C avce un taux d'humidité de 90%.
Le taux de pollution est malheureusement toujours au-dessus du rouge,
alors à tous les cyclistes, ne sortez pas sans votre masque!
Bon, soyons un peu plus sérieux.
Un message spécial à tout les quartiers qui nous écoutent:
Ne lâchez pas l'affaire et cultivez-vous.
Bon, maintenant nous repartons avec le tout dernier titre
du groupe Assassin 'Entre dans la classe'.
Pour bien commencer cette putain de journée
spécialement dédicacée à tous le gens qui en chient! "

 

Entre dans la classe
(Rockin' Squat / Doctor L)

Entre dans la classe, assieds-toi, pose ta veste.
Mets toi à l'aise, détends toi, reste
En place, le programme enseigné n'est pas régi
Par les bons dires de l'éducation nationale, mon petit.
Pas besoin d'inscription pour participer à ce cours.
Il y a des blancs, des noirs, des jaunes, des riches, des pauvres
Sur ce parcours.
Nous parlons à tous le monde de la même façon.
Nous n'avons pas d'intérêt à diviser la nation.
Pas d'examen en fin d'année, pas de diplôme à gagner.
Simplement de la musique et des textes pour aider
A affronter les problèmes qui nous entourent.
Es-tu libre ? Es-tu vraiment libre ?
Libre de penser, mais quand penses, ne penses tu pas
Que tu penses par la pensée façonnée par ton Etat ?
L'exemple le plus marquant, aujourd'hui sont les médias.
Dès qu'une chose est écrite ou dite tous le monde y croit.
Rien est développé, pour ne pas nous aiguiller,
On apprend aux jeunes à ne plus vouloir apprendre.
Il paraît qu'il faut de l'argent pour qu'on puisse t'entendre.
C'est un môme de dix ans qui nous l'a dit,
Sur le chemin d'une livraison d'un 25 de teuchi.
Et tout reste flou si tu ne fais pas l'effort.
Alors reste assis sur ton banc, prends note et explore.

Wadadadem, wadadadomdem.
Tu comprends maintenant pourquoi le style est trop wicked my man !
Wadadadem, wadadadomdem.
Nous préférons analyser les ficelles du système.
Dites-moi pourquoi, autant de gens se font mash up par l'Etat.
Je ne comprends toujours pas.
Wadadadem, wadadadomdem.
Tu comprends pourquoi le style est trop wicked my man.
Je ne comprends toujours pas.

Nous acceptons les femmes juives et musulmanes,
Dans notre école, elles sont assises aux cotés des dreads man.
Il y a aussi des babtous descandants des colonisateurs
Qui veulent remettre les pendules de l'Histoire à l'heure.
Tous et toutes combattent dans la même direction,
L'académie Assassin ne met pas en avant la manipulation.
C'est pour ça que le poing en l'air, nous nous cultivons,
Et n'obligeons personne à croire en ce que nous disons.
Nous respectons la famille, nous respectons les amis,
Nous respectons l'océan, le vent et les fruits.
Mais le décalage entre notre pensée et le quotidien,
Nous fait redouter souvent le lendemain.
Notre cours n'est pas un tout, simplement un support.
Alors reste assis sur ton banc, prends note et explore.

Refrain

Pas d'horaire fixe pour travailler sur la conscience humaine.
J'apprends autant du clochard que des peuples qui se saignent.
On essaye d'annihiler la culture de l'autre,
On repousse la différence en lui inculquant la faute.
Mais le format de ma formule n'a aucune forme,
Trops d'informations pour s'informer des formes
Que forment les différentes formalités qui contrôlent les normes.
Non je ne vois pas flou.


Problème ?
(Une soeur lucide)

"Toi, tu cherches les problèmes?
-On a pas besoin de chercher les problèmes.
-Qu'est-ce que tu dis?
-On a pas besoin de chercher les problèmes.
-C'est eux qui vous trouvent, hein?
-Toute notre vie est un problème.
-Et à qui la faute, tu crois?"

 

Guerre Nord-Sud
(Rockin' Squat / Doctor L)

C'est un avertissement, c'est la guerre !
L'occident pratique un génocide à travers la misère.
Sur la planete Terre,
Les enfants sont affamés, les mères font la prière.
C'est la guerre sur les deux hemisphères.
Mais où est donc la paix ?
La colombe de la paix s'est envolée ...

L'écart Nord-Sud ne cesse de se creuser,
Dans les 30 dernieres années, la misère n'a cessé d'augmenter.
En Asie du Sud, en Amerique Latine et surtout en Afrique,
Renforcée, on y revient, par l'explosion démographique.
Quel monde allons nous laisser à nos enfants ?
Sachant que les propos des spécialistes du développement sont alarmants.
Si ces prévisions se réalisent,
La misère, la famine vont prendre l'allure d'un cataclysme.
L'Europe Occidentale, les Etats-Unis, le Canada et l'Australie,
Contrôlent 80% des ressources vitales pour la survie de l'Homme.
Parallèlement 100 millions d'Africains meurent de faim au Sud du globe.
Enfin les lois du marché et l'effondrement des cours des matières premières,
Produites au Sud, explique l'endettement des pays du tiers-monde.
Une seconde ... et je reprends,
En hommage à la mort chaque année des centaines de milliers d'enfants,
Du seul fait de la dette et des politiques d'ajustement,
Préconisées par le Fond Monétaire International;
Et la Banque Mondiale est down avec le style occidental.
C'est bien d'aider le Soudan, la Somalie ou le peuple Kurde.
Mais rien ne changera, tant qu'il y aura,
Des intérêts économiques dans cette guerre Nord-Sud.

C'est un avertissement, c'est la guerre !
L'occident pratique un génocide à travers la misère.
Sur la planete Terre,
Les enfants sont affamés, les mères font la prière.
C'est la guerre sur les deux hemisphères,
Mais où est donc la paix ?
La colombe de la paix s'est envolée...

Pendant que certains piquent une tête dans leur piscine,
Des enfants biafrés en Afrique dégueulent de la bile.
Nous sommes conscients que le blocus économique sur Cuba,
Pousse des mères à donner à manger à leurs enfants du rat.
Et l'homme qui gouverne sourit de toutes ses dents.
Et l'enfant qui se meure se vide de tout son sang.
Alors comme ça c'est la guerre,
Nord-Sud, Sud-Nord, l'entrechoque des hemisphères.
Et la Terre, et la Terre devient folle .
Sa population est contrôlée par une élite qui détient le monopole.
Mais pas celui de nos esprits,
Car le petit enfant blanc de l'occident s'instruit.
Le virus tue, mais parfois il est nécessaire
De s'introduire dans les anticorps pour stopper cette guerre !


La flamme s'éteint
(Rockin' Squat / Doctor L)

Le soleil se lève, avec lui l'énergie.
Comme les moines Shaolin, le corps et l'esprit
Se mêlent aux éléments naturels.
Souvenez-vous des jours passés,
Et là vous comprendrez
Que les relations humaines ont toujours été entachées par la haine.
Toujours le même schéma, peu importe le sujet,
Un exploitant, un exploité, un dominant, un dominé.
A l'échelle internationale ou à l'échelle individuelle,
La reproduction des échanges est la même.
Si je tiens le monopole, je ne le lêche sous aucun prétexte.
Pourquoi vouloir partager dans une société où l'argent tue sans complexe ?
Eduqué dans le développement et la vitesse,
Je ne peux pas perdre mon temps, ni être plus souple dans mon business.
Cette façon de penser nous amène aujourd'hui
A tuer pour du papier sur lequel on a mis un prix.
Je marche avec toi si tu m'apportes, si tu me rapportes,
je serai ton frère.
Jusqu'au jour où tu n'auras plus d'intérêt, et là, je te shooterai par derrière.
Drôle de concept pour les produits d'un dieu.
Drôle de relation instaurée entre les hommes sur des écrits pieux.
Le sage des plaines ne survole plus ses hommes.
L'arc-en-ciel perd ses couleurs quand la nature s'affole.
Expliquez moi pourquoi,
L'homme ne respecte pas
La nature, les animaux, les femmes ?
On ne discute plus, dans sa main il tient l'arme.
Dans l'autre, dans l'autre, man, il tire l'alarme.
Mais il sera trop tard quand le sang aura éteint sa flamme.

Les relations humaines représentent la jungle urbaine.
Je dégaine, tu dégaine, voilà le problème.
La haine coule souvent dans les veines,
Voilà le problème. ( 2 )

Comment sortir du cercle, comment éviter pour ne pas sombrer ?
La flamme brûle, mais sa lueur projette sur le mur la rancune.
Tout le monde cherche à avoir son histoire personnelle.
Le "je", le "moi" affaiblissent notre acuité visuelle.
J'ai remarqué depuis que j'essaye d'analyser ce qui m'entoure,
Que le gros problème entre nous est le manque d'amour.
Ne rigole pas, ne vois tu pas que tout le monde cherche à avoir une meilleure vie ?
Mais qui fait l'effort d'accepter la différence d'autrui ?
Si je me plains dans un système, j'essaye quand-même
De faire le maximum d'efforts afin de ne pas véhiculer la mort.
Mais les rues restent sombres, et les ombres que je vois
Se morfondent dans leur tombes.
Heureusement qu'il y a des livres,
Je m'enivre, deviens ivre de l'odeur qui émane de chaque feuille que je tourne.
Penchez-vous sur le passé, l'Histoire y séjourne.
Au lieu de ça, je vois en bas de chez moi,
Le résultat du mash up quotidien de notre Etat.
Le undaground se fait baiser, car il n'est pas organisé.
Trop de valeurs sont oubliées chez la jeunesse de nos quartiers.
Le posse qui te parle ne cherche pas à être le numéro un,
Simplement trouver des solutions pour des meilleurs lendemains.
Demain sera un autre jour, aujourd'hui c'est le signal
Qui devrait, j'espère, rallumer la flamme .

La flamme s'éteint, personne ne la rallume.
Qui la parfume ?
Qui la manipule ?

On ne s'arrête pas à la couleur de peau,
Quand Assassin fait un morceau tous les auditeurs sont égaux.
La prise de conscience, voilà se qu'on essaye de mettre en avant,
En musique,pour que nos soeurs se lèvent et se mettent en mouvement,
Tu comprends ? Ce n'est pas une question d'argent.
L'important est qu'il y ait une alternative à l'information des gouvernements.
Voilà pourquoi on fait du rap, pour ouvrir la porte sur l'étape
D'une communication des bas-fonds qui contre-attaque.
L'aboulie n'a pas frappé l'abstracteur de quintessence
Que représente le undaground quand il pense !

Les relations humaines représentent la jungle urbaine.
Je dégaine, tu dégaine, voilà le problème.
La haine coule souvent dans les veines.
Voilà le problème.


L'Objet
(Rockin' Squat / Doctor L)

Souvent je le regarde et je n'y crois pas,
Sa surface est lisse et belle, chaque forme forme
Le parfait profil que lui demande la norme.
Cette norme qui catalogue chacun de ses mouvements.
Tout a l'air si beau, vu du côté brillant.
Mais allons plus loin ou plutôt de l'autre côté du miroir.
Là où le brouillard se mêle aux larmes,
Qui coulent à l'interieur d'une paroi tenu en joue par l'arme.
De l'homme, de l'homme qui comptemple son objet,
Sans pour autant lui donner plus de liberté.
Mais la vanité est l'affiche de la bêtise.
Et son propriétaire en est rempli quand il s'agit de ses devises.
L'objet pleure souvent, rarement on le remarque.
Sauf quelques autres qui comme lui sont frappés de la même marque.
Il est là, devant moi et je vois qu'il souffre .
On l'a cloîtré dans un coin jusqu'à son dernier souffle.
Mais il vit toujours, même ébreché il garde sa fierté.
A la recherche du respect qu'on ne lui a jamais accordé.
On le préfère muet sans vie;
Rarement j'en vois un qui sourit quant il me parle de sa vie...

Tout à l'air si beau vu du côté brillant,
Mais l'intérieur a trop souvent l'odeur de l'exclusion.
La peur et la souffrance ont changé le goût de sa passion.
Dans sa pièce il est seul, de sa fenêtre il voit un monde hostile à sa reflexion.
Combien avant lui se sont fait casser à cause de leurs opinions ?
Il essaye, il s'accroche, il s'organise,
Il lutte, il entend, il voit, il sent, il prend note et vise.
Mais l'objet est victime comme beaucoup du racisme.
On le sort seulement lors d'occasions bien spécifiques.
Pour embellir un moment précis qui peut rapporter du fric.
Car l'objet est doux, gracieux et manipulable.
Enormement d'entre eux n'ont qu'un statut d'esclave.
Pourtant combien de fois ils ont portés sur leurs épaules les malheurs du monde ?
Chaque seconde j'en vois un qui meurt dans l'ombre.
Et on oppresse ceux qui restent, l'homme se sert de leurs faiblesses.
Pour imposer sa virilité et faire monter le stress.
Seuls, mais tellement nombreux dans la même situation,
Attendez vous bientôt à une révolution.
L'homme ne pourra jamais éteindre sa flamme,
Quand on sait que l'objet en question est la Femme.


Ecrire contre l'oubli
(Rockin' Squat / Doctor L)

Une nouvelle fois bloqués par des questions restées sans réponse.
" Le futur que nous reserve-t-il ? "
Ce n'est pas après un album que l'on renonce.
Non, non, non Assassin n'en est vraiment pas là,
Chaque mot, chaque note résonne et résonnera.
Au dessus des lois,
là où se trouvent les forces vives du prolétariat.
Car l'on glisse aujourd'hui en l'honneur, des Droits de l'Homme traduits par la liberté d'expression.
Trop d'hommes, trop de femmes pourrissent en prison.
Pour leurs idées à vocation humanitaire,
Il n'est pas rare de finir nu entre 4 murs sous un régime totalitaire.
L'absence de relations, aucune communication,
Les conditions de détention pour les révolutionnaires en action
Sont souvent dramatiques.
Mais même si le corps est enfermé, l'esprit est en fuite.
Parfois un poème suffit, pour se faire enfermer à vie .
Demande à Nguyen Chi Thien au Vietnam, il en a écrit des tonnes,
30 ans de prison devraient certainement suffire pour écrire plusieurs tomes.
La foi en ses idées permet,
De subir les pires tortures, enfin, il paraît.
Certains sont morts tous les os brisés pour une idée sur un papier.
Où nos droits s'arrêtent, où nos droits commencent ?
L'encre coule pour les honneurs, mais trop souvent, c'est la sentence.

En Chine, les étudiants de la place Tien An Men,
Se sont fait assassiner, même sentence au Vietnam pour un poème.
En Syrie, au Maroc, en Malawi.
Tu critiques ton gouvernement en prison tu pourris.
Au Nigeria, tu voles c'est la mort.
Même sentence en Iran si tu dis que le pouvoir a tort.
Où est passée la liberté d'expression ?
J'écris contre l'oubli, mais ça ne reste qu'une chanson.
En France, la justice est une chienne.
Au Etats-Unis les indiens sont parqués comme des hyènes.
Où est passée la liberté d'expression ?
J'écris contre l'oubli, mais ça ne reste qu'une chanso.

Assassin garde sa position consciente,
Trop de prisonniers politiques sont enfermés en attente
D'être jugés, d'autres n'ont pas cette chance;
Ils se sont fait shooter pour leur liberté.
Comme j'ai le droit, comme la loi me soutient cette fois.
Je parle, je m'arme, je transforme mes larmes;
En rimes, en textes, en musiques tranchantes comme une lame.
Pour les hommes, les femmes enfermés pour leurs idées,
Chaque nation a ses moyens de répression pour stopper net.
Les courants qui alertent notre intellect.
Une plume qui vacille sur le papier,
Peut-être plus dangereuse que n'importe quelle armée.
Car les balles se perdent dans l'Histoire, mais les écrits restent.
Voilà pourquoi on traque l'esprit qui ne retourne pas sa veste.
Aucun système n''st invincible,
Contrairement à l'homme qui s'éléve et devient une cible...
Mais même au milieu des montagnes,
L'aigle prend son envol, mais garde sa vision des rases campagnes.
L'émanation des mouvements contestataires,
M'amène à penser que la crise est une chose positive,
Elle plonge l'ordre dans le désordre de façon active.
Afin de trouver des solutions;
Obéir à une doctrine ne peut que découler sur une révolution .
Qui peut empêcher l'être humain de parler ?
La souffrance a toujours été un océan de créativité.
Où nos droits s'arrêtent, et où nos droits commencent ?
L'encre coule pour les honneurs,
mais trop souvent c'est la sentence.

En Chine, les étudiants de la place Tien An Men
Se sont fait assassiner, même sentence au Vietnam pour un poème.
En Syrie, au Maroc, en Malawi.
Tu critiques ton gouvernement en prison tu pourris.
Au Nigeria, tu voles c'est la mort.
Même sentence en Iran si tu dis que le pouvoir a tort.
Où est passée la liberté d'expression ?
J'écris contre l'oubli, mais ça ne reste qu'une chanson.
L'Angleterre a des prisons remplies d'Irlandais,
Les prisonniers politiques pullulent dans les cachots de la cité.
Où est passée la liberté d'expression ?
J'écris contre l'oubli, mais ça ne reste qu'une chanson.

Ca ne reste qu'une chanson, mais le flot de la musique
Se rappelle d'où elle émane et pour qui elle s'agite.
Voilà pourquoi album après album Assassin connait sa cible .
Qui sera la prochaine victime ?

Site créé et géré par Miles - Contact

accueil | albums | lyrics | goodies | liens
© mileskabal.free.fr - 2017
Valid XHTML 1.0 Strict